Cold Dark Matter Records (Via Sepulchral Silence) is proud to collaborate with SLAVE CYLINDER for digital and mobile distribution of Cultus !!!

CRUSHING / PUNISHING / INDUSTRIAL DOOM !!!

Spotify, iTunes, Amazon MP3, Google Play, Tidal, Apple Music, Deezer, Rdio, Rhapsody, Xbox Music, eMusic, Omnifone, Wimp…

Tape Release available on Dickcrush Records
(dickcrushrecords.bandcamp.com)

Support and Listen Cultus here

———————————————————————————————-

Slow End (www.slowend.com) :

La réponse, en un contre un, nette, précise et sans bavures, à un Gnaw Their Tongues toujours plus loin de la terreur qu’il aimerait bien infliger au monde, dérivant aveuglément dans les méandres de sa radicalité masturbatoire et flirtant de plus en plus dangereusement avec le ridicule d’un vaudeville involontaire. Une première démo qui pour le dire franchement, n’évoque rien d’autre et rien de moins que Tetsuo, la superbe collaboration entre Thou et The Body, mais aussi un Crown expurgé de toute tentation atmosphérique, pour n’en retenir que la masse la plus écrasante. Le secret de la formule magique ? Tyranny pour un zeste de morbide + Author & Punisher pour l’ossature totalitariste et la chirurgie exterminatrice + les noms évoqués à l’instant, donc. Pas nécessaire d’en dire davantage, les deux pistes parlent d’elles-mêmes et sont suffisamment pharaoniques pour que l’on ne vienne pas encore en rajouter des caisses… Mais il y a quand même une question qui me préoccupe… qui va payer pour les fissures dans ce putain de mur ?

Cultus en trois mots : mighty, bones, crusher

———————————————————————————————-

metaloddities.canalblog.com

« Je n’en suis pas certain, mais il semblerait que SLAVE CYLINDER soit une fois de plus le projet d’un seul homme, qui se cache derrière un concept outrancier qu’il manipule comme bon lui semble. L’homme aime cultiver le mystère, et sa page Facebook n’offre pas plus d’informations que son Bandcamp. Toujours est il que Cultus semble être son premier EP/LP, et que dans son outrance, il soit déjà unique en son genre. Pourtant, le Doom, le Sludge, on connaît par coeur, du moins on aime à la croire. Mais SLAVE CYLINDER, au contraire de bon nombre de groupes du créneau, n’a pas uniquement misé sur la pesanteur et la claustrophobie pour en accentuer les dérives. Il a aussi mis l’emphase sur la puissance, et même si son premier effort ne dépasse pas le quart d’heure, il se montre plus puissant que bien des albums étalant trois ou quatre fois cette durée.

Très compact, ce Cultus est un effort « de masse », non par la quantité de musique qu’il propose, mais par sa qualité et sa densité. Un peu dans l’optique du Colossus de SCORN, en version évidemment beaucoup moins Dub/Indus.

Impressionnant même si d’une brièveté étonnante pour le style, Cultus fascine par son extrémisme qui sait rester mélodique et humain, et pourrait représenter un avenir possible pour le Doom, celui bien sur qui est pratiqué par des musiciens aimant vraiment le genre. Refusant les facilités et les figures imposées, c’est un EP surprenant et prenant, qui laisse KO, mais sans pour autant vous étendre au sol sans réaction possible. »